Un français à la tête d’ITER, la plus grande installation expérimentale de fusion [it]

Le Conseil ITER s’est réuni pour la quinzième fois au siège d’ITER, à Saint-Paul-lez-Durance (Bouches-du-Rhône) du 18 au 20 novembre 2014. Ces réunions ont rassemblé les hauts représentants des sept membres d’ITER – la Chine, l’Union européenne, l’Inde, le Japon, la Corée, la Russie et les Etats-Unis et les discussions ont porté sur les actions qui ont été mises en place par ITER Organization et les sept Membres d’ITER pour affiner le planning du programme et optimiser son exécution.
Le Conseil a également choisi le français Bernard Bigot pour le poste de directeur général d’ITER Organization.

JPEG Le Conseil a d’abord pris acte des progrès intervenus sur le chantier ITER depuis sa précédente session au mois de juin 2014 et chacun des sept Membres d’ITER a présenté l’avancement des fabrications dont il est responsable.

Le Conseil a également choisi Bernard Bigot, pour succéder à Osamu Motojima au poste de directeur général d’ITER. Administrateur général du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), Bernard Bigot est également le Haut représentant pour ITER en France.

Cette nomination sera formalisée conformément aux règles de l’Accord ITER pour permettre à M. Bigot de prendre ses fonctions en 2015 et pour une durée de cinq ans.
« Je suis très heureux du choix du Conseil, a déclaré Osamu Motojima, l’actuel directeur général d’ITER Organization. M. Bigot a derrière lui une longue et prestigieuse carrière, marquée entre autres par un très fort engagement en faveur d’ITER. Il a été de ceux qui, au plus haut niveau, ont porté la candidature de la France. Il accompagne ITER depuis plusieurs années dans le cadre de ses fonctions de Haut représentant pour la réalisation d’ITER en France.

M. Bigot a accumulé une précieuse expérience dans la gestion de grands programmes scientifiques et techniques ; c’est un homme de consensus et un homme de communication très respecté dans le milieu de la fusion.

J’ai toute confiance en ses capacités à conduire ITER sur la voie du succès. Je serai à ses côtés pendant la période de transition pour que tout se passe de la manière la plus efficace et la plus fructueuse possible. »

Conçu pour démontrer la faisabilité scientifique et technologique de l’énergie de fusion, ITER sera la plus grande installation expérimentale de fusion jamais construite.

ITER est également une entreprise de coopération scientifique internationale sans équivalent. La contribution de l’Europe représente à peu près la moitié du coût de construction ; les six autres Membres engagés dans cette entreprise contribuent à part égale à l’autre moitié.

Dernière modification : 27/11/2014

Haut de page