Quelle stratégie d’alliances pour une croissance italo-française dans le tourisme ? [it]

L’ambassadrice de France en Italie, Catherine Colonna, a présidé jeudi 9 juillet au Palais Farnèse un symposium consacré au secteur du tourisme et aux perspectives de coopération entre la France et l’Italie, organisé par la section Italie des Conseillers du commerce extérieur de la France en présence de Dario Franceschini, ministre des Biens et des activités culturels et du tourisme.

Tout en remerciant les conseillers du commerce extérieur de la France et en particulier le président de la section Italie, Pierre-Louis Bertina, pour l’organisation de cette rencontre, l’ambassadrice a rappelé que le tourisme était un « trésor national », tant pour la France que pour l’Italie. La France, sous la direction de Laurent Fabius, avait adopté une stratégie proche des priorités du gouvernement italien, fondée sur quatre piliers : le développement des technologies numériques, l’amélioration de l’accueil, le renforcement de la formation des professionnels, la mise en place d’une stratégie d’investissement. Les deux pays accueillent en effet plus de 130 millions de touristes par an, sur les 980 millions au niveau mondial.

Le ministre des biens et des activités culturels et du tourisme, Dario Franceschini, a présenté la politique du tourisme en Italie et les perspectives de coopération, dans un secteur porteur d’emplois et de croissance pour nos deux pays.

Sur le thème « Quelle stratégie d’alliances pour une croissance italo-française dans le tourisme ? », l’évènement a réuni les principaux acteurs du tourisme : l’agence de promotion du tourisme en France (Atout France), le secteur des transports (Alitalia), l’hôtellerie (Accor Italia), les tours opérateurs (Expedia), les financeurs publics (Cassa Depositi e Prestiti Investimenti).

La rencontre a permis de mettre en lumière les nombreuses pistes de coopération franco-italienne dans le secteur du tourisme, dans des domaines comme l’attraction, la fidélisation et l’accueil des touristes, l’utilisation des plateformes numériques ou encore la meilleure structuration de toute la chaîne de valeur.

Dernière modification : 10/07/2015

Haut de page