La première astronaute femme italienne est arrivée sur la Station Spatiale Internationale [it]

Le vaisseau spatial Soyouz, lancé du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan la nuit du 23 novembre et transportant l’astronaute ESA Samantha Cristoforetti et ses deux coéquipiers, s’est amarré comme prévu à la Station spatiale internationale le lendemain matin.

JPEG

Arrivée à la rampe de lancement des membres de l’équipage de la mission Expedition 42/43
Copyright ESA–S. Corvaja, 2014



Lors de cette mission de 6 mois, Samantha Cristoforetti vole en tant qu’astronaute ESA pour l’Agence Spatiale Italienne, en vertu d’un accord spécial entre l’ASI et la NASA. Elle est accompagnée du commandant russe du vaisseau Soyouz, Anton Chkaplerov, et de l’ingénieur de vol de la NASA, Terry Virts. Tous trois font partie de la mission Expedition 42/43 crew.

La mission italienne, dénommée « Futura », prévoit de nombreuses expériences scientifiques dans divers domaines, en particulier sur les effets de l’apesanteur sur l’organisme humain : lien entre production de salive et perte osseuse et musculaire, impact de la microgravité sur les modifications génétiques de cellules, adaptation des capacités sensori-motrices et de l’irrigation sanguine du cerveau en microgravité... Ces expériences permettront en outre d’alimenter la connaissance, encore très partielle compte tenu du petit nombre d’astronautes femmes, des différences de genre dans la réaction du corps à l’absence de pesanteur.

Samantha Cristoforetti travaillera également sur la toute première imprimante 3D de l’Europe dans l’espace, la POP3D : ce projet, qui vise à terme à rendre les missions moins dépendantes des ravitaillements depuis la Terre, a impliqué Altran Italie (contractant principal et responsable du développement de l’équipement d’impression), Thales Alenia Space et l’Institut Italien de Technologies. L’objet fabriqué par la POP3D sera renvoyé au sol pour une analyse comparative avec un objet analogue imprimé en conditions de gravité terrestre. Par ailleurs, l’astronaute italienne portera avec elle la nouvelle machine à café ISSpresso développée pour fonctionner en apesanteur et permettre l’étude du comportement des fluides à haute pression dans ces conditions.

Dernière modification : 26/11/2014

Haut de page