La restauration de la Galerie des Carrache [it]

Les points essentiels

- Début de la restauration : 27/03/2014 – Fin : prévue à l’automne 2015.

- La Galerie des Carrache en bref : elle a été réalisée au Palais Farnèse, entre 1597 et 1607, par le peintre Annibale Carracci, aidé par son frère Agostino et ses élèves. Sa superficie est de 132.17 M², et la hauteur au centre de la voûte est de 9,75 mètres.

- Sur quoi portent les travaux ? Il s’agit d’une restauration complète de la Galerie, des peintures murales et des stucs.

- Qui les réalise ? Le groupement d’entreprises ATI Farnese a été chargé de mener à bien la restauration de la Galerie des Carrache. ATI Farnese a été choisi, sur un classement de 18 candidatures, en raison de la qualité de son projet et du caractère incontestable de ses références, à l’issue d’un appel d’offres européen et d’une analyse technique rigoureuse.

- Qui est à l’origine du projet ? Un projet France-Italie : Ce projet s’inscrit dans le cadre des initiatives entreprises conjointement par la France et l’Italie depuis la fin des années 1990, avec la restauration des deux façades principales du Palais Farnèse - monument appartenant à l’Etat italien et siège de l’Ambassade de France en Italie - ainsi que du cortile du Palais, et le succès de l’exposition « Palais Farnèse - De la Renaissance à l’Ambassade de France », en 2010-2011. Des opérations qui témoignent de l’excellence de la coopération franco-italienne.

- Qui finance le projet de restauration ?
Rendu possible grâce au mécénat exceptionnel du World Monuments Fund (WMF), la plus importante organisation internationale privée consacrée à la sauvegarde des monuments historiques et des sites dans le monde, ce projet permettra à la Galerie des Carrache de retrouver toute sa splendeur. Pour mener à bien cette restauration, le WMF Europe a bénéficié des soutiens du Robert W. Wilson Challenge et de la Fondation de l’Orangerie pour la Philanthropie Individuelle et apporte au projet environ 800.000 euros.

La Surintendance spéciale italienne du patrimoine historique, artistique et ethno-anthropologique et du pôle muséal de la ville de Rome apporte également sa contribution financière au projet, à hauteur de 200.000 euros environ, pour les études préliminaires à la restauration.

Les détails du projet de restauration de la Galerie des Carrache

La Galerie des Carrache : un chef d’œuvre de la peinture italienne

Chef-d’œuvre de la peinture italienne, la Galerie a constitué dès sa réalisation un modèle pour tout artiste venu parfaire sa formation artistique à Rome. Annibale Carracci a été appelé depuis Bologne vers 1595 par le cardinal Odoardo Farnese pour réaliser la décoration de certaines pièces du palais romain. Après avoir décoré la chambre à coucher du cardinal, le célèbre Camerino, Annibale a entrepris le décor de la Galerie sur un programme iconographique inspiré par les Métamorphoses d’Ovide. Aidé de son frère Agostino et de ses élèves, Annibale a ainsi procédé à la décoration de cet espace entre 1597 et 1607.

L’objectif : une restauration complète de l’ensemble de la Galerie

La nécessité d’engager une restauration d’ensemble de la Galerie est apparue dans le cadre du suivi régulier du Palais Farnèse, réalisé par deux organismes du Ministère de la Culture italien, la Surintendance spéciale pour le Patrimoine historique, artistique et ethno-anthropologique et pour le pôle muséal de la Ville de Rome et la Surintendance pour les biens architecturaux et paysagers de la ville de Rome, avec la collaboration de l’Institut supérieur pour la conservation et la restauration.

La restauration prévoit la vérification de l’adhésion des enduits peints, le contrôle des fissures anciennes, des infiltrations et soulèvements subis par la voûte, les panneaux latéraux et les stucs de la Galerie, le nettoyage des surfaces peintes noircies par le temps et la récupération de la couleur d’origine des stucs des parois.

Il s’agit de la première restauration complète de la galerie. La voûte en avait été restaurée dès le XVIIe siècle, puis reprise au XXe siècle, sous le contrôle des Monuments Historiques français. En 1994, la dernière étude engagée faisait déjà le diagnostic des travaux généraux à entreprendre, notamment sur les murs.

Le déroulement du projet de restauration

Afin de réaliser le projet, l’Ambassade de France en Italie, en qualité de maître d’ouvrage et les deux Surintendances, qui assurent la maîtrise d’œuvre, en collaboration avec l’Institut supérieur italien pour la Restauration et la Conservation, ont rédigé le projet préliminaire de restauration des peintures murales et des stucs.

Les deux Surintendances soutenues par le Comité scientifique ont ensuite mené à terme le projet exécutif de restauration. Afin de reconstruire l’histoire de la conservation de la Galerie à travers les siècles, des études et des recherches d’archives ont été commissionnées par la Surintendance spéciale du patrimoine historique, artistique et ethno-anthropologique.

L’intervention du WMF Europe, mécène unique du projet

Il y a environ trois ans le WMF Europe, présidé par Bertrand du Vignaud, a fait de ce projet une priorité et a sollicité ses partenaires pour que cette opération puisse démarrer.

Le WMF soutient depuis près de 50 ans la restauration d’éléments majeurs du patrimoine mondial (temples d’Angkor, palais de l’empereur Qianlong à Pékin, églises baroques du Pérou, temples d’Egypte…).

En Italie, le WMF Europe a financé récemment la restauration de divers monuments importants tels que l’Orangerie des jardins Boboli à Florence, le cloître des Santi Quattro Coronati à Rome, la statue du Colleone et la salle à manger du Palais Royal à Venise…

En 2009, le WMF Europe a pris l’initiative de restaurer un monument majeur endommagé par le tremblement de terre des Abruzzes - l’abbaye de San Clemente a Casauria – dont la restauration a été inaugurée en 2011. Le WMF soutient actuellement diverses restaurations comme la chapelle Teodolinda au Dôme de Monza et plusieurs chantiers à Rome tels ceux de l’église Santa Maria Antiqua, de la Casina Farnèse ou du temple de Portunus.

En France, les priorités actuelles du WMF Europe sont le remontage des décors de la Chancellerie d’Orléans et la restauration du foyer de l’Opéra comique à Paris ainsi que celles du cloître de Saint-Trophime en Arles et du chœur de la cathédrale d’Albi.


Dernière modification : 07/05/2015

Haut de page