L’Internet des Objets : une excellence française

La société française Netatmo vient de lancer son nouveau produit : Welcome, une caméra de surveillance smart munie d’un détecteur à infrarouges pour la vision nocturne, qui détecte les mouvements et envoie une notification via une app. Chacun pourra ainsi surveiller son habitation à distance, pour un coût de 199 euros.

JPEG - 61.6 ko

Netatmo est seulement l’une des nombreuses entreprises qui sont nées et se sont développées en France ces dernières années dans le secteur de l’Internet des Objets, profitant d’un écosystème très favorable aux start-up innovantes, et faisant de la France une nouvelle frontière de la technologie. Citons également Withing, qui commercialise un système connecté de régulation du sommeil, Medissimo pour son pilulier numérique, ou encore Kolibree qui propose une brosse à dents connectée ou Citizen Sciences pour son tee-shirt intégrant des microcapteurs. C’est une PME française, Sigfox, qui a inventé le concept de réseau radio très bas débit pour objets communicants. L’entreprise a levé cette année 100 millions d’euros pour installer son réseau pays par pays.

Dans ce marché en pleine croissance (on estime qu’il y aura 25 milliards d’objets connectés dans le monde d’ici 2020), la force des industriels français est qu’ils maitrisent le panel des compétences nécessaires à la réalisation d’objets connectés : du design aux logiciels pour programmer les composants électroniques et gérer les données de masse. Les pouvoirs publics et les grands groupes ont compris les enjeux de ces technologies et soutiennent fortement ce secteur. BPI France est à l’origine d’une initiative, baptisée Connect, pour rapprocher les start-ups, les ETI et les grands groupes. D’autres initiatives sont en cours comme chez Orange, Datavenue, plate-forme de collecte et d’agrégation de données mise à disposition des acteurs du marché des objets connectés pour les aider à développer de nouveaux services. Angers, « Cité de l’Objet Connecté », souhaite devenir un espace où start-ups et industriels peuvent travailler ensemble, concevoir des prototypes et partager leurs innovations.

Dernière modification : 20/07/2015

Haut de page