En Italie 20,5 miliard pour la R&D [it]

JPEGLe rapport de l’ISTAT (Institut National de Statistique) publié le 4 décembre dernier indique qu’en 2012, 1,26% du PIB italien a été dépensé par les secteurs public et privé pour la R&D.



En 2012, la dépense R&D intra-muros soutenue par les entreprises, institutions publiques, institutions privées à but non lucratif et universités s’élevait à 20,5 milliards d’euros. Par rapport à 2011, la dépense a augmenté aussi bien en termes nominaux (+3,5%) qu’en termes réels (+1,9%).


Le pourcentage de la dépense R&D intra-muros sur le PIB est égal à 1,26%, et a donc augmenté par rapport à 2011 (1,21 %).

La dépense R&D augmente dans le secteur des entreprises (+2,6%) et universités (+1,4%), tandis qu’elle diminue dans les organismes privés à but non lucratif (-8,4%).

En 2012, la dépense R&D soutenue par les institutions publiques a enregistré une croissance significative (+14,6%), due en grande partie à une comptabilité plus précise des coûts dans certains établissements de recherche importants.

La contribution du secteur privé à la dépense R&D intra-muros est ainsi réduite de 58% en 2011 à 57,2% en 2012. La contribution des institutions publiques augmente en revanche de 1,4 points de pourcentage (de 13,4% à 14, 8%).

Par rapport à 2011, la dépense R&D intra-muros croît dans toutes les zones géographiques. Dans le secteur des entreprises la dépense augmente principalement dans le Nord-Est (+6,6%) et dans le Sud (+4,1%), tandis qu’elle reste stable dans le Centre (+0,9%) et le Nord-ouest (+0,8%).

Le nombre de personnes employées dans des activités de recherche (exprimés en termes d’unités équivalentes à temps plein) s’est élevé à 240 179 unités, avec une croissance globale de 5,3% par rapport à 2011, qui concerne tous les secteurs : entreprises (+6,8%), institutions publiques (+4,7%), organismes privés à but non lucratif (+3,8%) et universités (+3,4%).

En 2012, le nombre de chercheurs (exprimé en termes d’unités équivalentes à temps plein) s’est élevé à 110 695 unités, en hausse de 4,3% sur 2011. Encore une fois, l’augmentation touche tous les secteurs : institutions publiques (+9,2%), établissements privés à but non lucratif (+4,6%), entreprises et universités (+3,2%).

Les données prévisionnelles indiquent, pour 2013, une diminution de la dépense R&D (-1,5% par rapport à 2012), en raison de baisses dans les institutions publiques (-0,8%), établissements à but non lucratif (-4,0%), universités (-0,8%) et entreprises (-1,8%). La dépense R&D en termes réels devrait en revanche baisser de 2,9%.

Pour 2014 la dépense R&D devrait diminuer, par rapport à 2013 de 1,9% dans les institutions publiques et augmenter de 1,4% dans les entreprises (pas de données prévisionnelles disponibles pour les universités).

Dernière modification : 18/12/2014

Haut de page