La France produit de nombreux brevets de qualité [it]

Les derniers rapports de l’Office Européen des Brevets (OEB) et du cabinet Thomson Reuters mettent en lumière les bons résultats de la France en nombre et qualité des brevets.

Selon des chiffres publiés hier par l’Office Européen des Brevets, les demandes de brevets déposés par la France sont en augmentation de 4% vis-à-vis de 2013, alors que l’augmentation moyenne européenne s’est établie à 1,2 %. Ces chiffres confortent les positions de la France en Europe (seconde position) et dans le monde (sixième position).

Parmi les secteurs les plus dynamiques, nous trouvons celui de la communication numérique et des transports (9 % des demandes chacun), suivis de l’informatique (7%), des appareils électriques et l’énergie (6 %) et des techniques de mesure (5%).

La diversité des principaux déposants français en 2014 démontrent que tout le tissu industriel français s’est mobilisé et que donc le crédit d’impôt recherche a très probablement eu un impact positif.

Outre cet aspect quantitatif, il faut également souligner l’excellente position de la France quant à la qualité de ses brevets : dans son classement des 100 organisations (entreprises
et centres de recherche) les plus innovantes dans le monde, le cabinet américain Thomson Reuters place la France à la troisième place mondiale, avec en particulier quatre entreprises
(Alcatel-Lucent, Arkema, Safran, Saint-Gobain) et trois organismes publics (CNRS, CEA et IFP Energies Nouvelles).

Ces reconnaissances internationales de l’effort entrepris par la France dans le domaine de l’innovation constituent un encouragement pour aller de l’avant, notamment au travers d’initiatives ouvertes à l’international comme le Concours Mondial de l’Innovation, la French Tech ou encore les prix de l’innovation attribués par l’Ambassade de France en Italie.

Dernière modification : 14/10/2015

Haut de page