Commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918 à Milan (11 novembre 2014)

Comme chaque année, la cérémonie commémorative de l’armistice du 11 novembre 1918 s’est tenue dans l’enceinte du Sacrario dei Caduti, à côté de la basilique Sant’ Ambrogio, où plusieurs dizaines de soldats français reposent aux côtés de leurs camarades milanais tombés au champ d’honneur pendant la première guerre mondiale.

La cérémonie a réuni une centaine de personnes, Français et Italiens. Le Président du conseil municipal de Milan, le vice-préfet de Milan, l’adjointe du Questeur ainsi que les généraux commandant l’armée en Lombardie, les carabiniers de Lombardie et l’Etat-major de l’Otan de Solbiate Olona ont honoré de leur présence cette cérémonie. Plusieurs officiers français en poste à l’Etat-major de Varèse avait effectué le déplacement sous le commandement du Colonel Fouyet qui a dirigé la cérémonie. Les Consuls généraux du Burkina Faso et du Maroc, le consul général adjoint d’Algérie et le consul honoraire de Côte d’Ivoire s’étaient joints à la communauté française pour rendre hommage aux soldats de métropole et des anciennes colonies françaises tombés pour la France.

Après le lever des couleurs devant le monument, les participants se sont rendus dans la crypte où le Consul général a déposé une gerbe devant le mur du souvenir aux soldats français tandis que deux élèves du lycée Stendhal lisaient des lettres de soldats particulièrement émouvantes. Le Père Plichon, aumônier de la communauté française de Milan, et Shaykh Abd-al-Wahid Pallavicini, ont prononcé des prières pour les disparus. Le Rabbin Alfonso Pedatzur Arbib et le pasteur Nora Foeth, empêchés, n’avaient pu prendre part à cette cérémonie.

Le consul général, Olivier Brochet, a conclu cette cérémonie en rappelant l’ampleur de la tragédie de la Première guerre mondiale pour tous nos pays et pour la France en particulier ainsi que le serment inabouti des survivants des tranchées : plus jamais ça ! Après avoir salué la mémoire des Italiens tombés aux côtés de leurs camarades français, en particulier des engagés volontaires de 1914, et souligné l’importance de l’engagement des soldats venus des colonies françaises, il a indiqué que nous étions réunis pour rendre hommage à toutes les victimes de cette guerre, quelles qu’aient été leurs croyances, leurs convictions et leur nationalité. En mémoire de toutes ces victimes réunies dans la mort, dont le souvenir est commémoré ce jour à Notre Dame de Lorette par le Président de la République, nous devons continuer de travailler sans relâche pour la paix. La construction européenne, utopique en 1914, est un idéal qui peut paraître parfois s’essouffler aujourd’hui. Elle est pourtant un legs essentiel de nos pères et le seul vrai moyen de garantir la paix sur notre continent et dans le monde.

Discours du consul général

Voir aussi : article de l’association des anciens légionnaires

Dernière modification : 11/12/2014

Haut de page