Ambassade verte, pari tenu ! [it]

Pari tenu ! Au 1er novembre, à un mois de la COP21, l’ambassade de France en Italie a déjà réduit de 27% ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à l’année précédente. Moins d’un an après le lancement du projet ambassade verte en décembre 2014, l’ambassade prouve ainsi qu’il est possible, dans un Palais du XVIe siècle, de réduire fortement et rapidement ses impacts environnementaux.

Comment y sommes-nous arrivés ?

Deux mesures en particulier ont permis d’obtenir cette diminution des émissions : la fourniture d’énergie électrique certifiée 100% renouvelable, et le remplacement de la majeure partie des ampoules par des LED (61%) dans le cadre d’un contrat avec l’entreprise Philips.

PNG

Une démarche vertueuse sur le plan environnemental, mais aussi sur le plan budgétaire

Cette opération entraînera également des économies budgétaires significatives, avec un retour sur investissement de deux ans, et ensuite une économie nette de l’ordre de 60% sur les coûts liés aux consommations électriques de l’éclairage.

Une démarche innovante, globale et participative

L’ambassade de France est l’une des premières, au sein du réseau diplomatique français et à Rome, à s’être engagée dans une démarche globale de réduction de son empreinte environnementale, à travers la réalisation d’un diagnostic énergétique en partenariat avec Edison, et d’un bilan carbone en partenariat avec l’ADEME. Cette démarche a impliqué l’ensemble des agents de l’ambassade, avec à la clé des actions variées touchant tous les aspects de la vie du Palais Farnèse. Sur le volet mobilité, la démarche a été soutenue par Renault avec la mise à disposition d’un véhicule électrique Zoé et l’installation d’une borne de recharge.

Un engagement pour le futur

Sur la base du bilan carbone et du bilan énergétique, réalisés au 1er semestre 2015, l’ambassade compte aller plus loin en adoptant un plan d’action global sur 5 ans (2016-2020) qui inclura une série de mesures supplémentaires sur la réduction des consommations énergétiques, la mobilité durable, la réduction des déchets, les achats publics durables.

L’ambassadrice de France en Italie Catherine Colonna s’est dite « très satisfaite des premiers résultats, qui prouvent que chacun, à son échelle, peut agir dès maintenant contre les dérèglements climatiques et pour la protection de l’environnement », rappelant que « la diplomatie française, sous la direction de Laurent Fabius, président de la COP21, est pleinement mobilisée dans cette phase finale de préparation pour parvenir à l’accord ambitieux qui est nécessaire, un accord universel et contraignant permettant de limiter le réchauffement climatique à 2°C ».

Avec

JPEG JPEG

Dernière modification : 15/11/2015

Haut de page